Rendre sa grossesse invisible d’internet? pas facile!

0
807

Janet Vertesi, professeur en sociologie de l’université de Princeton aux États-Unis a tenté une expérience hors du commun : elle a décidé de cacher sa grossesse sur Internet afin de ne pas être tracé par les publicitaires en tant que femme enceinte.Durant les 9 mois de sa grossesse Janet Vertesi a tout fait pour éviter d’être repérée en tant que femme enceinte par les collecteurs de données sur Internet. Elle est même allée jusqu’à retirer de sa liste d’amis Facebook ceux qui faisaient mention de son état sur son profil ou en message privé.

Données collectées et utilisées

A l’origine de cette expérience, un constat : toutes nos données de navigation sur Internet sont enregistrées afin que notre environnement sur le web s’adapte au mieux à nos habitudes d’utilisation, c’est ce que l’on appelle données de masse ou Big Data. Ce système est également très utile aux publicitaires qui peuvent ainsi adapter une réponse commerciale aux clients en prenant en compte leurs habitudes.

Chaque personne en fonction de son âge, son sexe, sa situation familiale, son adresse a une valeur marchande en fonction des données qu’elle génère par sa navigation sur le web. Selon Janet Vertesi, une personne lambda coûte environ 10 centimes, alors qu’une femme enceinte coûte un peu plus d’un dollar.

Comment effacer sa trace sur Internet ?

Pour qu’aucune enseigne ne soit au courant de sa grossesse, Janet Vertesi a été contrainte de ne pas en parler sur les réseaux sociaux, ni de ne faire aucune recherche concernant ce sujet sur les moteurs classiques passer par une navigation sécurisée.

Elle explique que pour naviguer anonymement sur Internet elle a dû faire l’usage du réseau “Tor”, qui est une plateforme permettant de placer des intermédiaires entre votre connexion et la finalité de votre recherche. Ce système perçu généralement comme un relais pour des activités illégales, a permis à la future maman de se rendre sur des sites consacrés à la maternité.

Plus contraignant, elle n’a pas pu se servir de sa carte de crédit pour payer ses achats sur Internet. Elle a tout payé soit en espèces, soit avec des cartes cadeaux préalablement payés en espèces. Tous les articles commandés ont été livrés dans une boîte postale afin de préserver l’anonymat de son adresse. Elle n’a pas non plus utilisé ses cartes de fidélités dans les grands magasins pour ne pas attirer l’attention sur ses achats.

Une conclusion étonnante

En utilisant ces ruses pour échapper au traçage sur Internet Janet et son mari ont été considérés comme « probablement engagés dans des activités criminelles». En conclusion pour Janet, il n’est pas si facile d’échapper aux Big Data face aux géants Google, Facebook, Apple ou Amazon, on risque de se retrouver sur liste rouge pour avoir voulu protéger sa vie privée sur le web.

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.