Tout savoir sur le déni de grossesse

0
210
déni de grossesse

Être enceinte sans le savoir, c’est ce qu’on appelle le déni de grossesse. Pour certaines femmes, la gestation n’est constatée que pendant le 2ème ou le 3ème trimestre alors que pour d’autres, elle n’est connue qu’à l’accouchement. C’est une pathologie encore tabou en Hexagone pourtant, elle touche une femme enceinte sur 500. Ci-après tout ce que vous devrez savoir sur le déni de grossesse.

Les manifestations du déni de grossesse

Le déni de grossesse, c’est l’invisibilité de cette grossesse, ce n’est pas une grossesse dissimulée ou ignorée. La femme enceinte n’arrive pas à prendre conscience de son état qu’à une étape avancée de son état. C’est comme si l’organisme se met en complicité avec le puissant mécanisme physique mis en place par l’inconscient. Le cerveau est à l’origine du déni de grossesse, l’inconscient a donc le pouvoir de contrôler et de commander le corps. On trouve 2 formes de déni de grossesse : partiel où elle se rend compte de la gestation par elle-même ou par un médecin avant terme, et total où elle n’apprend qu’elle attend un bébé qu’au moment de l’accouchement. Pendant le déni de grossesse, la femme enceinte ne prend que très peu de poids, elle ne ressent pas les mouvements du bébé ou les traduit mal, elle ne présente pas les signes habituels de la grossesse (nausées, vomissements…), et le ventre ne prend quasiment pas de volume. Il arrive même que certaines femmes ne sachant pas qu’elles soient enceintes continuent de prendre des moyens de contraception et d’avoir des saignements réguliers qu’elles considèrent comme des règles. Généralement, le partenaire ne voit pas aussi la grossesse, et ça encourage encore plus sa partenaire dans son déni. Mais une fois que c’est confirmée, le ventre devient en quelques jours bien visible.

Les causes possibles du déni de grossesse

Les causes du déni de grossesse sont variées. Pour les adolescentes, la grossesse est considérée comme une honte et un danger, et c’est pour ça que le déni se met en place. Tel est aussi le cas pour les jeunes femmes non mariées d’origine étrangère et les femmes adultères. Il est également possible que la nouvelle grossesse soit un bébé de trop dans la famille, et la maman ne puisse pas l’assumer, ça arrive souvent chez les femmes hyper fertiles. L’autre cause du déni de grossesse est que la femme n’est pas assez à l’écoute de son corps ou très prise par son travail. Mais une femme peut aussi passer à côté d’une grossesse si elle survient pendant le retour de couche, car elle pense qu’elle n’est pas fertile. Elle n’a pas encore perdu ses kilos, et elle ne se rend pas compte qu’elle porte un nouvel enfant.

Les risques du déni de grossesse

Le déni de grossesse est une gestation qui n’est pas suivie médicalement, et ça présente des risques pour le bébé et pour la femme enceinte. En effet, sans connaître son état, cette dernière ne change pas ses habitudes qui peuvent être des comportements à risque. Elle peut boire de l’alcool, fumer de la cigarette, boire trop de café, manger des aliments bannis pendant la grossesse… Toutefois, dans la majorité des cas, les bébés naissent en bonne santé. Mais il est déjà arrivé que la femme concernée par le déni de grossesse donne naissance seule chez elle, souvent dans les toilettes, et c’est fatal pour elle et pour son enfant. Heureusement, c’est très rare. Il est à préciser que le déni de grossesse peut toucher toutes les femmes sans exception (les jeunes, les moins jeunes…) et peu importe le milieu social (aisé ou défavorisé)… D’ailleurs, tous les ans, 80 femmes donnent naissance à un enfant après un déni de grossesse total.

Les conséquences du déni de grossesse

Apprendre une grossesse tardivement est un traumatisme brutal qui peut causer une crise de panique. Il faut accepter le fait qu’on n’a pas perçu la gestation. Il faut aussi se confronter durement à la parentalité et se faire à l’idée que bébé sera là sans avoir le temps de s’y préparer, et ça peut créer un sentiment de culpabilité. La femme peut avoir une autre opinion de son corps parce qu’il a caché la grossesse. Mais le choc sera encore plus difficile si c’est un déni de grossesse total, il est réellement possible qu’elle rejette le bébé, qu’elle refuse la grossesse, qu’elle pense à l’abandon ou qu’elle demande son interruption. Cependant, que ce soit total ou partiel, il faut un suivi psychologique afin d’accepter la situation, d’apprendre progressivement à aimer son corps et de rétablir un lien mère/enfant. Ce suivi permet également de ne pas appréhender l’avenir avec la peur d’avoir un nouveau déni. Le plus important est d’en parler librement et ouvertement de cette expérience et de prendre le temps de se reconstruire. L’accompagnement psychologique n’est pas le même pour chaque femme, et ça prend plus ou moins de temps.

Vous aimerez également Conduire enceinte, attention aux accidents !

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.