Interruption médicale de grossesse : un geste difficile pour les médecins

0
653

Une étude de terrain menée dans un centre hospitalier français révèle que « l’interruption médicale de grossesse (IMG) est vécue comme un « geste à la limite du tolérable » par les médecins.

Les soignants se disent « coincés par le dépistage et le désir des parent. » L’IMG, interruption médicale de grossesse, peut intervenir à n’importe quel moment de la grossesse, sans limite. Suite  à des examens, une femme peut y avoir recours lorsqu’est détectée chez le fœtus une malformation incompatible avec la vie ou entraînant un handicap grave.

Dans le mensuel La Nef du mois de février, on trouve les résultats d’une enquête qui révèle le malaise du personnel hospitalier face à cette pratique. « L’interruption médicale de grossesse, bien que légale depuis 35 ans », est vécue comme un « geste à la limite du tolérable par des médecins et des sages-femmes qui en approuvent pourtant le principe et l’effectuent régulièrement dans leurs services respectifs ».

Si les parents renoncent à leur projet parental suite au diagnostic d’une anomalie, le réduisant à un “fœtus tumoral” dépersonnifié, pour les soignants au contraire il reste un “fœtus authentique“, “un véritable sujet“. Ainsi certains d’entre eux légitiment l’acte de l’IMG en le décrivant comme un “crime compassionnel accompli pour le bien de l’enfant à naître afin de lui éviter une vie de souffrance“. 

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.