Les amniocentèses de moins en moins pratiquées

0
513

Avec la généralisation de nouveaux modes de dépistages de la trisomie 21, le recours à l’amniocentèse se fait de plus en plus rare…

Selon l’Agence de Biomédecine, en 2010, le nombre d’amniocentèses en France a chuté de 30%.

L’amniocentèse s’effectue dans le cadre du dépistage classique de la trisomie 21. Elle est pratiquée au cours du 2nd trimestre, après une analyse sanguine elle aussi effectuée dans ce 2nd trimestre. L’amniocentèse consiste à prélever un peu de liquide amniotique dans l’utérus à l’aide d’une grande seringue pour déterminer le caryotype du foetus. Cet examen, difficile physiquement et psychologiquement, provoque une fausse couche 1 fois sur 100.

Mais peu à peu, pour le plus grand bonheur des futures mamans, cet examen disparaît et laisse la place au « dépistage combiné ». Une échographie du foetus destinée à mesurer la nuque du foetus (la nuque est plus épaisse chez les personnes trisomiques) est suivie de près par une analyse sanguine de la mère, le tout au cours du 1er trimestre. C’est donc un dépistage plus léger et plus rapide. Il atténue ainsi les dommages psychologiques puisqu’il rassure plus vite les futures mamans dans l’attente et en cas de problème facilite le recours à une IVG encore possible au premier trimestre et ce, avant que la grossesse n’ait été remarquée.

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.