Grossesse multiple : le mot du spécialiste

0
1241

Le docteur Jean-Pierre Kutner est co-directeur de la clinique de la Dhuys de Bagnolet, plus ancien centre privé de PMA (Procréation Médicalement Assistée) de France. Annoncer des grossesses multiples, c’est son quotidien.  Côtés-Mômes l’a rencontré.Côté Mômes : Dans le cadre de votre activité, vous êtes souvent amené à annoncer des grossesses multiples. Comment les femmes réagissent-elle ? Et leurs compagnons ?

Jean-Pierre Kutner : Il est vrai que dans le cadre de la PMA, les grossesses multiples sont plus fréquentes que quand la grossesse vient naturellement, même si les techniques d’aujourd’hui nous permettent d’éviter le développement de 5 ou 6 embryons… Encore que, même quand on pratique une simple stimulation hormonale des ovaires, on n’est pas maîtres de ce qui se passe par la suite. Parfois, cela fonctionne au-delà de nos espérances !

 Dans ce cas, on propose bien sûr ce que l’on appelle une « réduction », ce qui permet de revenir à 2 ou 3 embryons maximum. Quoi qu’il en soit, les femmes que nous suivons savent que ce risque de grossesse multiple existe. Si ce sont des femmes qui n’ont jamais eu d’enfants, c’est souvent la joie parce qu’elles sont dans la galère depuis parfois des années, de telle sorte qu’en attendant d’un coup plusieurs enfants, elles ont l’impression qu’elles vont rattraper le temps perdu. Surtout s’il y en a deux, elles savent qu’une grossesse gémellaire est une grossesse facile malgré tout, même si c’est un peu plus lourd et compliqué qu’une grossesse simple.

Grossesse multiple: comment l’annoncer?

CM : Quels sont les cas où l’annonce d’une grossesse multiple est plus difficile ?

JPK : On voit aujourd’hui beaucoup de couples de familles recomposées. Parfois, le monsieur a déjà eu deux ou trois enfants d’une première union et ne voulait pas d’enfant avec sa nouvelle compagne. Sur la demande pressante de celle-ci, surtout quand elle n’a jamais eu d’enfant de son côté, il finit par accepter d’avoir un dernier enfant… Et puis, quand ce sont deux embryons qui se présentent à l’échographie, le monsieur s’arrache les cheveux s’il lui en reste !

CM : Prenez-vous des précautions particulières pour annoncer une grossesse multiple ?

JPK : Je l’annonce le plus naturellement possible lors de l’échographie. En fait, j’amène les parents à le découvrir par eux-mêmes. Je leur montre une image, puis je leur montre une autre image comme si c’était la même sous un autre angle… et puis je me mets sur une image double. Et c’est comme ça qu’ils découvrent et que je leur confirme qu’il y a deux embryons.

CM : Quand vous revoyez ces femmes quelques mois après l’accouchement d’une grossesse multiple, comment s’en sortent-elles finalement ?

JPK : Quand je les revois après, elles se débrouillent très bien et elles se moquent gentiment des copines qui n’en ont qu’un et qui n’arrivent pas à s’en sortir !

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.