Fausses couches, vraies grossesses !

0
924
15 à 20 % des grossesses sont interrompues par une fausse couche, aussi appelée « interruption accidentelle de la grossesse » ou « avortement spontané précoce ». Un événement fréquent, surtout au premier trimestre de la grossesse, mais toujours vécu comme un deuil. Décryptage.

Les fausses couches précoces

On les appelle fausses couches précoces quand elles arrivent avant douze semaines d’aménorrhée, soit deux mois et demi de grossesse. Ce sont d’ailleurs les plus fréquentes. Très précisément, les trois-quarts des fausses couches se produisent avant la 10ème semaine de grossesse. Le symptôme qui doit alerter est l’apparition de saignements importants (aussi importants que les règles) avec perte de caillots. Ils peuvent s’accompagner de douleurs continues semblables à des douleurs menstruelles.

En revanche, si vous avec de petits saignements intermittents, fréquents au stade d’une grossesse précoce, pas d’affolement ! Quant aux causes des fausses couches précoces, elles peuvent être multiples. Sachez que dans 90 % des cas à ce stade de la grossesse, le corps de la femme rejette spontanément l’embryon comme elle se séparerait d’un corps étranger parce que le caryotype du fœtus – alors que ceux du père et de la mère sont normaux – présente un mauvais appariement des chromosomes (trisomie, monosomie, triploïdes)… Un accident de parcours qui n’influe en rien sur le bon déroulement des futures grossesses.

Les fausses couches tardives

Beaucoup de fausses couches tardives sont dues à un problème du placenta : il arrive qu’il se décolle de l’utérus, qu’il soit implanté de façon anormale ou qu’il ne parvienne pas à produire les hormones nécessaires au maintien de la grossesse.

Une fausse couche tardive peut aussi être due à la santé de la mère si elle souffre d’une infection grave, d’une maladie chronique non suivie ou d’une béance du col utérin (les femmes exposées au distilbène peuvent présenter ce syndrome).

Les fausses couches tardives touchent aussi des femmes ayant subi de multiples avortements ou ayant des antécédents de chirurgie du col de l’utérus.

Symptômes : La fausse couche tardive se manifeste par des contractions douloureuses, des pertes sanguines et parfois un écoulement du liquide amniotique. Enfin, le col de l’utérus est ouvert.

Les fausses couches à répétition

A partir de trois fausses couches d’affilée, phénomène très rare, on parle de fausses couches récurrentes. Dans ce cas, le médecin cherchera pourquoi la femme n’arrive pas à mener un fœtus à terme avec des examens de l’utérus et des prises de sang pour déterminer un éventuel déséquilibre hormonal.

Si l’explication est trouvée, il y a toutes les chances pour qu’un traitement adapté garantisse une grossesse normale par la suite. En revanche, si la femme fait trois fausses couches d’affilée sans que l’on puisse y trouver une explication médicale, elle est considérée comme stérile.

Peut-on éviter les fausses couches ?

Il n’existe aucune prévention miracle pour éviter une fausse couche. En revanche, quelques changements dans le rythme et l’hygiène de vie peuvent limiter les risques. Les fumeuses ont tout intérêt à arrêter ou nettement diminuer leur consommation car, outre la nocivité du tabac pour le fœtus, les accouchements prématurés sont plus fréquents chez les fumeuses.

Si vous faites du sport, préférez une activité douce comme la natation ou le yoga aux sports intenses. Sachez aussi que le stress peut provoquer des contractions de l’utérus et qu’il est important de bien dormir et de se reposer pour rester zen. Enfin, il ne fat jamais prendre un médicament sans l’avis du médecin.

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.