Une web série au-delà des tabous de la maternité

0
817

Une mère peut-elle ne pas avoir l’instinct maternel ? C’est la question que se pose le jeune réalisateur, Steve Catieau, auteur d’un court métrage sous forme de web série, que nous diffuserons à partir du mois d’avril sur notre site Internet.
 

« On entend souvent les enfants dire qu’ils n’aiment pas leurs parents, alors que l’inverse est rare, c’est un tabou », s’indigne Steve Catieau, qui va réaliser un court métrage sur ce thème intitulé Le prolongement de moi. Un film d’une trentaine de minutes qui sera décliné sous forme d’une mini série web. C’est l’histoire d’Helena, la trentaine, travaille dans une agence de publicité, divorcée, un enfant. Une jeune femme dynamique qui souhaite avant tout offrir la meilleure éducation à son fils, Gabriel, âgé de 7 ans. Mais quelque chose ne va pas, elle n’a pas la fibre maternelle.

Le film illustre son quotidien, entre le regard des autres et ses propres interrogations. « Ce qui m’intéresse, c’est toutes ces questions sur le lien de filiation et la relation parents/enfants. Le but c’est montrer un quotidien, en suggérant des choses qui ne sont jamais définies. On n’est pas certain qu’Helena n’aime pas son enfant, ou est-ce qu’elle n’aime pas tout simplement le statut de mère, qui bouscule les liens ? », raconte Steve Catieau.

Est-ce naturel d’aimer son enfant ?

« Nous vivons sous l’influence d’un certain culte de l’enfant qui est de plus en plus présent. Maintenant il faut absolument enfanter. Mais comment vivent les femmes qui n’ont pas la fibre maternelle, ou qui n’ont simplement pas envie d’enfants, ou qui sont stériles ? Comment réagissent-elles fassent à la société qui impose ce choix de vie ? Il y a d’énormes souffrances derrière. » Le film raconte ce moment des jours ordinaires de cette femme, qui n’est plus l’enfant, elle est devenue la mère. « Ce sont des rendez-vous du quotidien, où à un moment donné, les gens sentent qu’il y a un malaise. L’entourage en est conscient, mais ne prononce jamais le terme. On n’émet pas de jugement de valeur. On fait juste un constat, une photographie des choses. On essaie de comprendre pourquoi.»

Les acteurs

Dans le rôle d’Helena, Lorène Devienne incarne la jeune mère. Elle a récemment joué dans le court métrage « Valse Favorite » de Deborah Helpert. On a pu également l’apercevoir au cinéma dans « Au suivant » de Jeanne Biras (2003) et dans la série « Urgences » (2004). Elle donnera la réplique à Fréderic Gorny, qui jouera Antoine, son ex-mari. Fréderic Gorny est un habitué du petit et grand écran, il a joué notamment dans Les Roseaux sauvages, d’André Téchiné, et dans la série Avocats et associés. Quant à l’auteur et réalisateur, Steve Catieau a écrit deux romans (Projection en 2008, et Les paradoxes urbains en 2010), il est également l’auteur d’un court métrage, Les Matrones (2010).

Un projet qui se réalisera grâce aux dons

Pour financer ce projet, l’auteur a eu l’idée d’engager les internautes. Le but atteindre un minimum de 3 000 euros avant le 1er février pour réaliser le film. Pour l’instant 73% de cette somme a été collectée. « Dans l’idéal j’aimerai atteindre 6 000 euros, c’est-à-dire 150%, pour avoir une totale liberté, rémunérer les techniciens à leur juste valeur, et obtenir une vraie qualité d’image ». Le tournage devrait commencer dans les prochains mois, pour une diffusion sur le net au mois d’avril.

 

Plus d’informations sur http://fr.ulule.com/prolongement-de-moi

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.