Précarité inquiétante chez les femmes enceintes en France

0
920

L’ADSF (Association pour le Développement de la Santé des Femmes) tire la sonnette d’alarme quant à la situation des femmes enceintes vivant dans la précarité en France. Pour la seule région de Paris, 80 à 100 femmes enceintes dorment dans la rue tous les soirs.

Actuellement en France, 35% des personnes qui vivent dans la rue sont des femmes. Parmi elles, des femmes enceintes qui ne reçoivent aucun suivi médical.

L’ADSF a constaté que pour la seule région de Paris, la situation est catastrophique. 80 à 100 femmes enceintes dorment dans la rue chaque nuit dans la capitale. En 2011, l’association a recensé 1000 femmes ayant accouché dans l’un des hôpitaux parisiens sans avoir jamais vu de personnel médical durant la grossesse. C’est seulement 500 de moins que ce qu’avait montré 10 au par avant la même enquête.

Les femmes en situation de grande précarité ont un taux d’accouchement prématuré supérieur à celui de la population générale : 12 à 15 % contre 6 à 8 %. De plus, l’association a observé que les femmes en situation de grande précarité avaient plus souvent des nouveau-nés de petits poids, même parmi ceux nés à terme. Enfin, la difficulté d’accès aux soins et le manque de stabilité d’hébergement de ces femmes semble être à l’origine d’un nombre de césariennes plus important, 30 % chez les femmes en situation de précarité, contre 18 % chez les femmes suivies durant leur grossesse.

L’association ADSF a reçu le soutien des laboratoires IPRAD afin d’aller à la rencontre des femmes en grande précarité lors de maraudes. Une attention particulière est portée aux femmes enceintes, pour leur apporter les premiers soins et les orienter vers des centres médicaux adaptés.

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.