De plus en plus d’accouchements par césarienne

0
641

Le mythe d’une « césarienne de confort » a fait augmenter significativement le nombre d’accouchements par voie haute, au point d’inquiéter les organismes de santé, qui pointe une dérive dangereuse.

Selon une étude réalisée par le Centre nationale des statistiques sur la santé, l’opération chirurgicale la plus pratiquée dans les hôpitaux américains est désormais la césarienne, réalisée pour 32% des accouchements.

Le phénomène n’est pas limité à l’Amérique. En France également, la césarienne se généralise, tandis qu’en Chine, ce sont 50 % des accouchements qui se détournent de la voie naturelle. Une dérive pour l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) qui a demandé une étude dès 2007. Résultat : un quart des césariennes pratiquées ne seraient pas nécessaires.

La césarienne de confort ?

Si le nombre de césarienne augmente, c’est en partie en raison du mythe de la « césarienne de confort », qui serait plus pratique, sans douleur, et qui permettrait surtout de se remettre plus vite au travail ! tout cela est en grande partie faux mais de nombreuses césariennes sont aujourd’hui directement demandées par les patientes, bien que l’opération ne soit pas indispensable.

L’accouchement par césarienne permet de choisir soi même la date de l’accouchement. Elle permet également de rassurer les femmes stressées par un accouchement par voie basse, l’opération étant moins longue et l’effort moins lourd à supporter.

L’avantage, du côté du corps médical, est surtout lié à l’organisation. Lorsqu’elle est programmée, la césarienne peut être pratiquée dans le calme, ce qui permet d’éviter les complications (pas de médecin absent ni de manque de matériel). Les techniques ayant évoluées, la césarienne n’est plus aussi effrayante que par le passé.

Attention toutefois à ne pas se laisser tromper par le terme confort : la césarienne reste une opération dangereuse qu’on ne pratique pas à la légère.

 

La césarienne: Une opération délicate

La césarienne est un acte chirurgical qui se déroule forcément au bloc opératoire et nécessite une anesthésie, locale ou générale.

Bien que mieux maîtrisée, l’opération reste dangereuse. Lors de l’extraction, le bébé risque ainsi une fracture du crâne. N’étant pas préparé à sortir aussi rapidement, ses poumons n’ont pas toujours le temps de s’ouvrir correctement, ce qui peut entrainer des difficultés respiratoires.

L’opération est également dangereuse pour la mère (le taux de mortalité en couche est plus important lors d’un accouchement par césarienne). Quand au confort postopératoire, il est plus qu’illusoire. La nouvelle maman doit rester 48h en observation, au minimum. La cicatrice de la césarienne peut ensuite se montrer douloureuse et se rouvrir. Enfin, il faut attendre qu’elle cicatrise, au minimum six mois, avant d’envisager une nouvelle grossesse.

Des césariennes obligatoires

La césarienne  ne doit être pratiquée qu’en cas de réelle nécessité.

Une césarienne peut être programmée par avance dans plusieurs cas. Si la mère fait de l’hypertension artérielle ou a subit des opérations importantes (type transplantation du cœur), l’accouchement par voie naturelle peut être trop lourd à supporter.

La césarienne est également pratiquée si le bassin de la femme est trop étroit, ou dans certains cas de grossesse multiple.

La césarienne est le plus fréquemment utilisé en cas d’urgence, lorsque le bébé ne respire plus ou présente un rythme cardiaque anormalement bas.

Un accouchement par césarienne ne signifie pas que tous les accouchement se dérouleront e la même façon, mais c’est néanmoins une possibilité. Mieux vaut donc, autant que possible, se restreindre aux voies naturelles et ne faire appel à la chirurgie qu’en cas d’urgence.

Pas encore de Note.

Merci de Noter cet article.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.